Dictée de la Francophonie 2015 – Résultats !

Chers participants de la Dictée de la Francophonie, voici la correction du texte !

Si vous souhaitez vous noter, voici le barème que nous vous proposons :

– Moins 2 points pour une faute sur l’un des 10 mots de la Francophonie (mots en rouge)

– Moins 1 point pour une faute d’orthographe d’usage, de grammaire ou de conjugaison ou un mot manquant

– Moins 1/2 point pour une erreur d’accent, de majuscule ou de ponctuation.

Les fautes sur les noms propres ne comptent pas.

En cas de fautes multiples sur un mot, c’est la faute la plus « pénalisante » qui est prise en compte.

Découverte de la montgolfière

Nous fûmes témoins, en 1782, d’un bel exemple de sérendipité. Monsieur Joseph Montgolfier, fils de papetier, reprit la tradition de ces Mongols fiers qui en leur temps n’hésitaient pas à franchir les frontières pour de nouvelles découvertes.

Ainsi, cet homme inouï et non inuit, ne faisons pas d’amalgame, partit, grigri en poche, marchant dans le froid et la tempête pour se rendre en Avignon. Arrivé sans ennui à la Maison des Ballons – un immeuble un peu kitsch conçu par un riche marchand en 1773 -, l’industriel, sensé, voulut se réchauffer après sa longue marche. Il profita donc d’un moment de zénitude pour installer sa chemise au-dessus du feu. Quelle ne fut pas la surprise lorsqu’il vit cette dernière s’envoler au plafond !

 

Il décida donc d’en parler à son frère, Etienne, et ensemble, infatigables, ils renouvelèrent les expériences de sustentation. Quels que fussent les résultats des vols, ils persévéraient, faisant monter des ballons de plus en plus grands, toujours plus haut, à chaque kermesse où ils étaient invités. Leurs maints succès reconnus, les frères Montgolfier furent finalement accueillis à la cour du Roi pour faire une démonstration de leur œuvre. Seul Etienne s’y rendit.

Pendant ce temps, Joseph, eût la tâche de demander davantage de soutiens financiers auprès de l’intendant de Lyon. Il voulait cibler plus ambitieux : une montgolfière de vingt-trois mille deux cent soixante-dix mètres cubes qui était censée assurer un trajet de Lyon à Paris. Convainquant habilement son interlocuteur, Joseph obtint les financements et malgré quelques différends avec les constructeurs du ballon, le vol put avoir lieu le 19 janvier 1784 devant une foule de cent mille personnes. Le vent ne tourna pas en sa faveur et douze minutes suffirent à ramener le ballon au sol.

 

Quant à leurs autres inventions, on ne peut pas les accuser d’inactivité. Ils créèrent notamment le bélier hydraulique et rénovèrent l’industrie papetière. On ne peut dire que bravo à ces forces de l’innovation française. Mais une question me taraude encore l’esprit : quel aurait été l’impact technologique s’ils avaient aussi découvert, en 1782, le wiki ?

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Cinéma

Lieu

Institut français du Burundi
9 Chaussee Prince Louis Rwagasore, Bujumbura